12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 09:03

 

beyond my dreams 2

(visuel : Sandra Krasker)

Communiqué de presse 

Un commissariat de Marie Deparis-Yafil sur l’invitation de Isabelle Lefort, Galerie Mondapart.

Vernissage le jeudi 4 avril 2013 à partir de 18h30 

Avec

Corine Borgnet, Anne Brégeaut, Clémentine de Chabaneix, Claire Combelles, Jessy Deshais, Pilar du Breuil, Vanessa Fanuele, Pascal Frament/Sayaka Shoji, Hervé Ic, Sylvie Kaptur-Gintz, Sandra Krasker, Sébastien Lambeaux, Jamila Lamrani, Gabriela Morawetz, Julie Perin, Mai Tabakian, Yveline Tropéa

"Mon tourment à moi,

c'est le sommeil,

si j'avais bien dormi toujours,

j'aurais jamais écrit une ligne"

(LF Céline - Mort à crédit)

 

Prenant le contre-pied de cette phrase de Céline, mise ici en exergue, « Beyond my dreams » se propose, au travers d’installations, de peintures, de photographies, de sculptures ou de vidéos, de montrer combien les domaines du sommeil et du rêve recèlent de richesses propres à éveiller la créativité des artistes contemporains.

 

Physique du sommeil… 

Il y a toujours dans l’exploration de la représentation physique du sommeil et de ses « outils » une forme d’ambiguïté. L’espace protégé du lit est à la fois celui de nos rêves et de notre finitude, du plaisir et du chagrin, ainsi que le suggèrent Yveline Tropéa ou Sylvie Kaptur-Gintz. Et le dormeur, pour trouver son nécessaire repos, devra pourtant se sentir en suffisante confiance pour s’abandonner, abandonner le « dehors » pour le « dedans », livrant ainsi sa fragilité, sa vulnérabilité, ici, à nos regards, comme le couple peint par Hervé Ic, ou encore les corps assoupis de Sandra Krasker.

 

Voici venu le parfois redouté moment du sommeil, la traversée du miroir, à la manière d’Alice, peut-être vêtue de la chemise de nuit imaginée par Claire Combelles

 

Métaphysique du dormeur…

Le rêve est « la voie royale de l’inconscient » disait Freud, cette boîte de Pandore, à l’instar des « objets secrets » de Vanessa Fanuele, là où s’expriment, sans considération de logique  et de rationalité, les désirs et les effrois les plus profonds, là où se transforme la réalité et se condensent les images. 

Plongeon dans l’inconnu qui est en soi, comme peut l’exprimer le dessin de Corine Borgnet ou la mini-installation de Clémentine de Chabaneix.

« Ainsi la difficulté de raconter un rêve vient-elle en partie de ce que nous avons à traduire des images en paroles. Je pourrais vous dessiner mon rêve, dit souvent le rêveur, mais je ne saurais le raconter." (S. Freud - Introduction à la psychanalyse, 1922). 

C’est cet espace-temps paradoxal et fascinant du rêve, où tout devient possible, où les images font fi du réel et des mots pour les dire, que les artistes peuvent tenter d’appréhender, voire de reproduire, comme Jessy Deshais dans sa vidéo hypnotique,  cherchant parfois à « dessiner leur rêve », ainsi pour Pilar du Breuil, ou à produire des images de rêve, qui sont parfois cauchemardesques !

 

Poétique du rêve 

Du sommeil de l’artiste, produisant ses rêves, à l’acte créateur, il n’y a peut-être qu’un pas, un glissement…Le rêve est espace poétique, au sens étymologique propre, « poiêsis », espace de création. De là peut-on aisément lier le domaine intime du rêve à celui de la création artistique. Soit que l’artiste puisse puiser dans ces strates obscures de quoi nourrir sa créativité, comme a pu le faire la violoniste Sayaka Shoji et le vidéaste Pascal Frament. Soit que d’une manière plus générale, on puisse élaborer des analogies entre le processus imaginaire à l’œuvre dans la production artistique et ce qui se joue dans nos visions oniriques : perturbations alogiques, spatiales ou temporelles, enchevêtrements des registres visuels, ambivalences des émotions, condensation des représentations, intrusions… Les œuvres de Anne Brégeaut, de Gabriela Morawetz, de Julie Perin ou de Jamila Lamrani tiennent, chacune à leur manière, de ces différents registres. 

Les étranges champignons de Mai Tabakian ressortent-ils d’un symbolisme onirique freudien ou d’un passage vers une transe psychédélique, ouvrant des portes inconnues ? Participant d’un acte chamanique, les photographies de Sébastien Lambeaux témoignent de cette possible dimension « prophétique » du rêve.

Dans les espaces labyrinthiques de la galerie, « Beyond my dreams » invite à une déambulation poétique et onirique, un voyage dans un territoire instable, entre inquiétude et enchantement.

 

Marie Deparis-Yafil

Commissaire de l’exposition

 

« Beyond my dreams » - Galerie Mondapart

Du 5 avril au 4 mai 2013 – Vernissage le jeudi 4 avril à partir de 18h30

Galerie Mondapart

80 rue du Château

92100 Boulogne Billancourt

M° Boulogne-Jean Jaurès (10)- Bus n°52 - Vélib

Horaires de la galerie

Jeudis de 12h à 20h / Vendredis de 11h à 19h / Samedis de 15h à 19h

et sur rendez-vous

• tél : 06 08 30 94 90 • 09 52 77 76 41 •

www.mondapart.com


Partager cet article
Repost0
Published by Mai
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 22:57
Partager cet article
Repost0
Published by Mai
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 11:05
 
Partager cet article
Repost0
Published by Mai
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 10:05

Miniartextil vue 12

Flower Power + Champions' League - 2012

Miniartextil vue 1

Vue d'ensemble - au fond à gauche, Martin Emilian Balint - au fond à droite, Nathalie Boutté

Miniartextil vue 2Miniartextil vue 3

Miniartextil vue 4Miniartextil vue 5

Miniartextil vue 9

Vue d'ensemble - à droite, Irene Anton

Miniartextil vue 11Miniartextil vue 10

A droite, au premier plan, David Oliveira - A gauche, au fond, Richard Sweeney

Miniartextil vue 7

Au fond, Francesco Corbetta

Miniartextil vue 6

Sphère publique - 2012

Miniartextil vue 8

Partager cet article
Repost0
Published by Mai
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 10:58

naoko.jpgLa Ville de Montrouge présente « Agorà », la nouvelle édition de l’exposition internationale MINIARTEXTIL. Des mini-textiles aux installations monumentales, l’art textile tisse sa toile au cœur de la ville… 

Désormais incontournable dans le calendrier des amateurs d’art textile, des collectionneurs, des passionnés de déco et de mode, et des curieux avides de nouveautés, l’exposition Miniartextil, venue de Côme en Italie, explore chaque année la créativité infinie d’artistes sélectionnés dans le monde entier. Des mini-textiles de 20 cm3 aux plus spectaculaires installations, près de soixante artistes rivalisent d’imagination, de savoir-faire, d’esprit novateur et de liberté, pour offrir le plus passionnant des panoramas de cet art du fil !

Cette « Agorà » contemporaine, thématique retenue cette année pour la collection de mini-textiles présentés, constitue un vaste forum dans lequel fourmillent en toute liberté les formes et les idées !

L’exposition est accueillie, pour sa seule et unique date en France, dans le plus beau des écrins : le Beffroi, nouveau lieu culturel de la Ville de Montrouge.

Matières naturelles ou industrielles, à la croisée de l’art, du design et de la mode : toutes les facettes de l’esthétique contemporaine ont rendez-vous à Montrouge !

Miniartextil offre un véritable concentré d’art textile, dans tous ses états ! Avec Miniartextil, le visiteur pénètre au cœur des matières, là où se brouillent les frontières entre l’artisanat, l’art et le design, le néo-textile, la science et la mode. Surprenantes, poétiques, esthétiques, les œuvres produites marient avec intelligence et élégance savoir-faire ancestraux et utilisation innovante de matières, de fibres ou de tissages, qu’il s’agisse de pellicule à rayon X, comme chez Maja Gecic, de tulle métallique, d’aluminium, ou encore de fil électrique, comme chez Gyongy Laky… Découvertes innovantes, rencontres étonnantes, dialogues visuels inattendus, confrontations et échanges… Tous les ingrédients sont réunis pour que cette 9e édition annuelle, unique étape en France après Côme et avant Venise, soit à l’image du thème choisi : la plus belle des « Agorà ». 

Un nouvel « écrin » pour Miniartextil

Cette année, pour mettre l’art au cœur de la vie sociale et créer toujours plus de liens avec le public, l’édition montrougienne de Miniartextil s’installe pour la première fois au Beffroi, bâtiment patrimonial nouvellement restauré et désormais haut lieu de la vie culturelle à Montrouge, dans un espace lumineux de 1 000 m2. 

Un forum textile cosmopolite

Au travers de 54 œuvres « mini-textiles », tenant chacune dans un volume maximal de 20 cm3 - un concept inédit -, et de plusieurs installations « maxi-textiles », se croisent et dialoguent, dans toutes leurs diversités. Le regard des artistes se tourne vers le monde qui les entoure et ce que leur inspire cette « Agorà » contemporaine, à l’image rayonnante d’une Assemblée imaginée par Mai Tabakian, du cosmopolitisme incarné de l’installation de Mahé Boissel, de l’impressionnant collage de Nathalie Boutté ou du labyrinthe de Nylon de l’artiste japonais Kyionori Shimada. Autant de manières d’exprimer comment les Agoras contemporaines se jouent dans les communautés virtuelles, combien habiter ensemble la ville reste une aspiration essentielle, ou comme la liberté est toujours à préserver ou à conquérir…

bandeau minartextil

De gauche à droite : Public sphere,  Mai Tabakian / Primavera araba revolution, Flavia Eleonora  / Genius Loci, Sabine Zeiler / Exchange of ideas, Manuela Conradt. 


Cette année, Miniartextil fait aussi dans la dentelle !

En parallèle des œuvres de mini-textiles et des grandes installations présentées, la dentelle s’invite cette année à Miniartextil comme la promesse d’un rêve de sensualité et de raffinement ! L’exposition propose en exclusivité à Montrouge un focus sur ce textile, dont la réalisation requiert haute technicité et minutieux savoir-faire. Comme le veut la tradition, Miniartextil se placera sous le parrainage prestigieux d’un artisan d’art reconnu. Jean-Claude Pluchart, dessinateur au sein de la prestigieuse maison de dentelles Solstiss, a accepté l’invitation. Le Musée de la dentelle de Caudry sera partenaire du projet et mettra à la disposition de la Ville de Montrouge ses collections de dessins et cartons de dentelles.

Le « Prix Montrouge » souffle sa 2e bougie

Pour la seconde année, un « Prix Montrouge » est décerné à un artiste de Miniartextil, dont l’œuvre est acquise par la Ville de Montrouge et rejoint les collections municipales. Il est attribué cette année à l’artiste italienne Flavia Eleonora Michelutti pour son œuvre mini-textile « Primavera araba revolution », une évocation du Printemps Arabe et de tous les espoirs de démocratie qui s’y sont tissés.

Montrouge renouvelle et étend son parcours « OFF » à Paris

Miniartextil reconduit son parcours « Off », initié en 2012, avec la collaboration de galeries parisiennes partenaires, mettant en avant des œuvres des artistes participant à l’exposition. Programme détaillé à suivre très prochainement !

 

INFORMATIONS PRATIQUES 

MINIARTEXTIL 2013

Exposition du 2 au 24 février 2013

Vernissage le vendredi 1er février à 19h / Preview presse de 12h à 16h

 Le Beffroi - 2, Place Emile Cresp - 92120 Montrouge

Métro : Porte d’Orléans (ligne 4)

 

Entrée libre – Tous les jours de 10h à 19h

Nocturnes les jeudis jusqu’à 21h

Visites-découvertes tout public : dimanches 3, 10, 17 et 24 février 2013 à 15h

Plus d’informations au 01 46 12 75 74 ou sur 92120.fr

  

CONTACT PRESSE

Agence PopSpirit : Isabelle Vernhes

01 42 93 44 56 - 06 61 32 27 08

isabelle@pop-spirit.com - www.pop-spirit.com

Partager cet article
Repost0
Published by Mai

 
// HOME //
// TEXTS / NEWS //
// PRESSBIO //

 

Contact